English Deutsch Italiano

La démocratie civile amène lest scrutin au 21ème siècle. Le scrutin a été ingénieux pour surmonter le problème de la base et permettre une démocratie à grande échelle en stockant la confiance. Mais les technologies numériques permettent, et sont nécessaires, de surmonter les deux frontières rigides du scrutin, entre les politiciens et les électeurs, et entre les électeurs de différents partis. Numériquement, la confiance peut être stockée afin que tous les acteurs politiques puissent contribuer, y compris les organisations spécialisées de la société civile, et les électeurs peuvent décider au cas par cas d’être représentés ou de participer. Nous appelons un tel système une démocratie civile.

La démocratie civile amène le scrutin au XXIe siècle. C’est la réponse nécessaire au problème que « nous ne résoudrons pas les problèmes du 21ème siècle avec les institutions du 19ème siècle construites sur la technologie du 15ème siècle. » (Pia Mancini 2014)

L’invention ingénieuse du scrutin a permis la démocratie à grande échelle en surmontant ce que j’appelle le problème de la « sursentre » de base : la démocratie implique l’implication de chaque citoyen dans la politique, mais la participation quotidienne dépasse les capacités de la plupart des peuples. Depuis la célèbre prophétie de Platon sur ce sujet, l’histoire a vu quelques tentatives de démocraties essayant d’impliquer tout le monde sur tout ce qui a mal tourné. Dans certains cas, ces tentatives se sont simplement effondrées – une belle étude récente montre comment les travailleurs socialistes italiens, qui avaient pris un certain contrôle sur les entreprises dans lesquelle ils travaillaient en 1945, « étaient plus préoccupés par la survie au jour le jour que par la participation. [or] autogestion ». (Jan de Graaf 2014) Dans le pire des cas, ils se sont transformés en une sorte de tyrannie parce que certains acteurs politiques se sont déclarés représentants de ceux qui restent survivants concernés et silencieux, en l’absence d’institutions qui ont permis de vérifier et si nécessaire corriger cette représentation.

La solution a été la confiance transformée en représentation en stockant les relations de confiance dans le scrutin. Une division du travail a émergé entre les politiciens et les électeurs, dans laquelle les politiciens ont pu se concentrer sur la prise de décisions politiques et les électeurs se sont limités à la décision à qui les acteurs de la première catégorie ils feraient le plus confiance, leur donnant le permis de prendre des décisions en leur nom.

Mais le bulletin de vote papier est rigide de deux façons. Le scrutin dresse des frontières rigides entre les politiciens pour prendre des décisions et les électeurs à être condamnés à faire confiance. Et en raison du fait que le nombre d’acteurs qu’un électeur peut soutenir est sévèrement limité, il érige des frontières rigides entre les partisans de différents acteurs de confiance. La seule marque sur le bulletin de vote oblige chaque acteur politique à avoir des réponses à toutes les questions et chaque électeur à prendre parti et à choisir un paquet. Ces deux rigidités ne sont pas optimales, au cas où il serait possible de les surmonter.

Les technologies numériques peuvent faire mieux. Ils offrent cette option: Il est possible de stocker la confiance dans les acteurs politiques d’une manière qui est flexible en ce qui concerne les deux aspects nommés ci-dessus. Les technologies numériques permettent aux électeurs d’exprimer leur confiance à tous les acteurs politiques qu’ils jugent dignes de confiance au lieu de les forcer à choisir exactement un paquet. Et les technologies numériques permettent de stocker et de récupérer cette confiance chaque fois que cela est nécessaire, permettant aux électeurs de décider au cas par cas pour quelles décisions ils préfèrent être représentés et pour lesquelles ils veulent participer.

Le deuxième aspect permet aux citoyens ordinaires de s’impliquer autant qu’ils le souhaitent, sans perdre la stabilité de la représentation. Le premier aspect permet aux acteurs politiques de prendre leurs responsabilités uniquement dans le domaine de leur expertise, permettant ainsi à l’ensemble des acteurs de la société civile qui sont très bien informés dans les domaines spécifiques d’entrer dans la responsabilité politique. Pour ces deux aspects, s’adressant aux individus comme des cives, le mot latin pour les citoyens co-décidants et co-responsables, et impliquant les organisations de la société civile dans la responsabilité formelle, une telle forme de démocratie est digne d’être appelé une démocratie civile.

Ces deux rigidités étaient moins problématiques dans des situations historiques spécifiques – qui seront abordées dans des postes ultérieurs. Ils sont, cependant, un vrai problème en ce moment. De nombreux problèmes importants, de l’incapacité apparente à s’attaquer au changement climatique en passant par l’instabilité de nombreuses démocraties avancées à la perspective bloquée de la modernisation de la société dans de nombreuses sociétés non occidentales, reposent sur la rigidité du scrutin et d’autres formes de ce que j’appelle la « représentation partitionnante ».

La démocratie civile est donc un concept très puissant. Il fait des espoirs devenus réalité qui ont été formulés maintes et maintes fois au cours des deux derniers siècles et plus, et frustrés presque aussi souvent. Il est exigeant, met les individus, les organisations et les sociétés du monde entier à changer leur culture. Mais il vaut le prix, et nécessaire pour notre survie commune.

Pour récapituler :

L’invention ingénieuse du scrutin a permis la démocratie à grande échelle en surmontant le problème de la base-overstretch:

  • La démocratie implique l’implication de chacun dans la politique, mais la participation quotidienne dépasse les capacités de la plupart des peuples.
  • La solution est que la confiance se transforme en représentation en stockant les relations de confiance.

Mais le scrutin est rigide.

  • Le bulletin de vote papier érige des frontières rigides entre ceux qui doivent prendre des décisions et ceux qui sont condamnés à faire confiance.
  • Il érige des frontières rigides entre les partisans de différents acteurs de confiance. La seule marque sur le bulletin de vote oblige chaque acteur politique à avoir des réponses à toutes les questions et chaque électeur à prendre parti et à choisir un paquet. .

Les technologies numériques peuvent faire mieux. Ils permettent de faire confiance aux acteurs politiques de manière flexible :

  • Permettre aux électeurs d’exprimer leur confiance à tous les acteurs politiques qu’ils jugent dignes de confiance,
  • permettant ainsi aux acteurs politiques de prendre leurs responsabilités uniquement dans le domaine de leur expertise,
  • et permettre aux électeurs de décider au cas par cas des décisions auxquelles ils préfèrent être représentés et auxquelles ils souhaitent participer.

Pour traiter les individus en tant que citoyens co-responsables et impliquer la société civile dans la responsabilité formelle, une telle forme de démocratie mérite d’être appelée une démocratie civile.

En résumé : La démocratie civile amène le scrutin auXXIe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top